L’architecture : reflet des âmes

L’architecture contemporaine est caractérisée par une absence totale de représentation humaine. Pourtant, autrefois, même sur des immeubles “modestes“ étaient sculptés des visages humains. Plus l’édifice était important, plus ses décors étaient riches et plus nombreux étaient les bustes, statues et gravures mettant en scène des hommes. On songe, par exemple, à nos églises et cathédrales, mais aussi aux châteaux de la Renaissance, aux hôtels particuliers, ou tout simplement aux immeubles de standing du XIXe siècle. Depuis quelques décennies, en revanche, l’humain a été complètement chassé du champ architectural. On peut identifier plusieurs causes à ce phénomène.

L’égalitarisme en est une. En effet, si l’on représente un homme au sein d’une architecture, c’est parce qu’il est d’une manière ou d’une autre hors du commun. Il peut s’agir d’un Saint, d’un dieu ou d’un héros de la mythologie antique, d’un roi, d’un pape ou d’un autre personnage illustre. A la limite, ce peut être un ou une anonyme, mais dans ce cas il personnifiera un certain idéal de beauté. Quoiqu’il en soit, on grave dans la pierre les traits de celui que l’on admire, que l’on estime, que l’on vénère, auquel on reconnaît une supériorité. Or, il est bien évident, que ceci est incompatible avec l’égalitarisme qui caractérise notre temps. Nous nions toutes les hiérarchies entre les hommes. Comment pourrions nous accorder à certains le privilège d’être immortalisé par un sculpteur. Si nous voulions vraiment rendre nos façades moins monotones, il faudrait représenter tout le monde. L’engouement pour le travail de la pierre n’est manifestement pas suffisant pour que nous choisissions cette option.

Nous avons vidé nos architectures de toute figure humaine parce que nous vouons un culte à l’égalité. Un autre facteur a contribué grandement à ce phénomène : le narcissisme du monde moderne. Pour choisir un sujet les sculpteurs d’antan puisaient dans l’histoire, récente ou ancienne, voire dans la mythologie. Leur œuvre était une référence à un temps révolu, parfois très lointain. Cet art traduisait le respect et l’admiration de nos ancêtres pour les époques qui avaient précédé la leur. L’occident moderne, quant à lui, ne se tourne vers le passé que pour l’arroser de haine et de mépris. Nous sommes convaincus qu’il n’y a eu que souffrance et bêtise avant la Révolution Française, avant la loi de 1905, avant 1946 et le droit de vote des femmes, avant 1970 et l’immigration africaine, avant 2008 et l’élection d’un marron à la Maison Blanche, etc. En un mot : Ya que nous qu’on est bien. Dans ces conditions, on ne voit pas bien de qui on mettrait le buste sur nos monuments. Stéphane Hessel ? Le problème c’est que le sculpteur n’aurait pas donné son dernier coup de burin que la star du progrès serait devenu un dangereux réactionnaire. Le progrès va tellement vite qu’il n’y a guère que l’imprimante laser qui puisse suivre son rythme.

Le narcissisme de notre époque se décline également au niveau de l’individu. L’homme moyen se prend pour un dieu et ne saurait tolérer que le regard minéral d’un illustre personnage croise le sien. Cela le remettrait à sa juste place. Il se souviendrait qu’en ce qui le concerne, le seul monument qui n’ait jamais été érigé à sa gloire est une page Facebook, dont il est lui-même l’auteur.

Pour satisfaire Narcisse, les architectures récentes font constamment appel à d’immenses surfaces planes, vitrées et réfléchissantes. Ainsi lorsque l’homme contemporain admire un bâtiment, c’est lui même qu’il admire dans un miroir. Qu’y a-t-il à voir sur une façade à La Défense, à Manhattan où à Francfort ? Est-ce Saint-Paul, Héraclès ou Wolfgang Amadeus Mozart ? A moins que vous ne ressembliez à l’un de ces personnages, la réponse est aucun des trois. En revanche, sous vos yeux se déroulera le reflet du monde moderne, à l’infini.

Publicités

6 réflexions au sujet de « L’architecture : reflet des âmes »

  1. carine005

    « L’architecture contemporaine est caractérisée par une absence totale de représentation humaine. Pourtant, autrefois, même sur des immeubles “modestes“ étaient sculptés des visages humains.  »
    Mais c’est tout à fait juste !
    Je ne m’étais jamais fait cette réflexion.
    « Nos » architectes seraient-ils sous influence ? Enfin, quand je dis « nos »…Il y a peu d’architectes français qui gagnent un concours, en France.

  2. Kolia Karamazov

    Je ne pense pas qu’il y ait derrière ce phénomène une volonté consciente de qui que ce soit. Inconsciemment, parce qu’il ne peut pas faire autrement, l’architecte nous livre une image de son âme (et de nos âmes à tous, j’ajouterais) à travers ses créations. Et que voyons nous? Des surfaces lisses, plates, froides, vides, grises…

  3. leo

    Bonjour.

    Les immeubles ont des surfaces vitrées car les hommes qui travaillent dedans aiment bien voir le soleil, de plus une bonne surface vitré diminue fortement votre facture d’energie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s