Plat du jour : Flamby et sa poule, arrosés d’argent du contribuable

J'aurais dû faire président...

J’aurais dû faire président…

François Hollande est probablement l’homme le moins séduisant de la planète. Les journaux de gauche, quoique complaisant avec le président, ont bien du mal à trouver des photos où il est à son avantage pour illustrer leurs articles. Cela ne cesse de me faire rire. Mais s’il est ridicule en arrêt sur image, il l’est plus encore lorsqu’il se met en mouvement et donne à voir cette invraisemblable balourdise qui le caractérise. Le problème de Hollande est un problème de température. A la façon du mercure qui est liquide à température ambiante, Hollande n’a aucune consistance à 20°C. Comme la température monte en France – et je ne fais pas là allusion au réchauffement climatique mais au climat social – il est envisageable que notre président soit prochainement vaporisé sous forme de gaz. Pour lui éviter cela, je l’invite à se rendre au delà du cercle polaire où il pourra enfin goûter aux joies d’un coefficient d’élasticité corporelle proche de la normale. D’ailleurs la place d’un flamby c’est au réfrigérateur, non ?

Je n’aurais jamais pensé que notre cher président soit en mesure de compenser son apparence peu séduisante, quelles que puissent être ses qualités par ailleurs (humour ? sensibilité ?). Je craignais donc qu’il ne soit condamné à l’insuccès avec les femmes. Et puis, comme tout le monde, j’ai appris sa liaison avec une blondinette dont il est de vingt ans l’aîné. Décidément, le pouvoir exerce sur les femmes une force d’attraction irrésistible. Peut-être y a-t-il lieu de revoir la théorie de la gravitation universelle, afin de prendre en compte ce phénomène. Qui eut cru qu’une masse gélatineuse dénommée flamby pourrait un jour chambouler les équilibres cosmiques ? Et pourtant c’était possible, et pour cela il suffisait qu’elle se retrouve à la tête de la France.

Marine Le Pen y est allée de son couplet sur la nécessité du respect de la vie privé. De son point de vue, Hollande peut faire ce qu’il veut avec qui il veut, du moment qu’il ne dépense pas d’argent public. Sur ce dernier point, on ne peut qu’être d’accord avec la présidente du FN. Nous ne voulons pas que notre argent aille dans la poche, ou autour du cou, ou dans l’estomac de la poule du président. Ce n’est pas dans cette perspective que nous donnons nos sous à l’état. Ceci dit, ce n’est pas uniquement de l’argent que nous cédons à François Hollande et à ses comparses. Plus généralement nous leur donnons du pouvoir. Le paiement des impôts constitue certes une partie importante de ce transfert de pouvoir. Sans argent l’état n’aurait pas plus d’influence que l’amicale des anciens du club d’aéromodélisme de Gironcourt-sur-Vraine. Mais ce transfert a aussi une dimension non financière. Nous abandonnons une part de notre pouvoir à l’état. Par exemple, nous avons renoncé à détenir et à porter des armes pour assurer notre sécurité et avons délégué cette mission à la police, donc à l’état. Comme le souligne Marine, il serait choquant que le président utilise l’argent du contribuable pour entretenir son poulailler. Mais ne l’est-ce pas tout autant, lorsqu’il détourne l’usage du pouvoir que les français ont remis entre ses mains, pour appâter des dindes et les farcir ? Nous ne lui avons pas confié les rênes du pays pour accroitre sa capacité de séduction, mais pour qu’il nous guide vers des lendemains meilleurs (rires). Au lieu de passer ses nuits à circuler dans les rues de Paris en scooter, nous souhaiterions qu’il soit attablé, dans une atmosphère studieuse et qu’il cherche une solution au problème du chômage. Au lieu d’impressionner les filles nous préférerions qu’il impressionne les Chinois. Le président a droit à ses aventures sentimentales, à condition qu’elles n’impliquent pas l’usage d’argent public, ni l’usage du « charme public » que lui confère l’exercice du pouvoir public.

N.B. : J’espère que les noms d’oiseaux employés pour désigner les femmes de Hollande, ne seront pas perçus comme des insultes faites aux femmes en général. Entre nous, une bonne femme qui partage son lit avec un mollusque, quand bien même aurait-il été proclamé maître du monde, mérite bien d’être qualifiée de poule. Finalement les seules créatures auxquelles j’ai manqué de respect dans cette affaire ce sont les poules, celles qui pondent des œufs.

Publicités

8 réflexions au sujet de « Plat du jour : Flamby et sa poule, arrosés d’argent du contribuable »

  1. François (droite d'avant)

    Il est toujours amusant de constater que les femmes assises à l’avant des Ferrari sont plus jeunes et plus jolies que la moyenne.
    Même chose pour les femmes gravitant autour des hommes de pouvoir.
    De là à conclure que la femme vénale est un stéréotype de genre…

  2. Kolia Karamazov Auteur de l’article

    Non, c’est juste que les jolies filles apprécient la belle mécanique. Elles ne sont pas insensibles à la mélodie du douze cylindre en V. :-)

    Je ne sais pas si vous aviez vu cette vidéo dans laquelle une fille refuse d’aller boire un verre avec un homme jusqu’à ce qu’elle découvre qu’il roule en Lamborghini :
     

  3. Kolia Karamazov Auteur de l’article

    Mais bon, s’il faut une Ferrari pour trouver la femme de sa vie, je ne vois pas l’intérêt, il n’y a pas de place pour les enfants…

    De votre côté vous avez opté pour un minibus ?

  4. François (droite d'avant)

    Cette vidéo est tellement belle que je n’arrive pas à y croire!
    Nous sommes d’accord que les femmes à Lamborghini sont un groupe bien distinct du groupe des femmes de notre vie.
    La mienne (de femme de ma vie) se promène dans un Renault Trafic Diesel un peu cabossé, sous-motorisé, avec poignées pour baisser les vitres. C’est vous dire si elle m’aime :)
    PS: par ailleurs, on m’a fait entendre Fauve, un groupe de « jeunes actifs » (moins de 30 ans) qui pleure la société, l’amour, etc. C’est un peu étrange, mais ça décrit bien l’univers glacial qu’ils sont en train de nous mettre en place. Allez y faire un tour et dites moi ce que vous en pensez, ça m’intéresse!

  5. Kolia Karamazov Auteur de l’article

    Je n’écoute absolument pas de musique contemporaine. Parfois j’en entends lorsqu’elle m’est imposée, dans les supermarchés par exemple. Vous m’avez donc fourni l’occasion de découvrir une facette de la production musicale actuelle. C’est toujours intéressant à défaut d’être un plaisir.
    Comment dire ? Ayant fait l’objet d’articles élogieux dans Télérama, dans Les Inrocks et dans GQ, le groupe Fauve avait peu de chances de proposer une critique sérieuse de la société contemporaine. Mais je ne me suis pas arrêté là et j’ai écouté trois morceaux (soit tout de même un tiers de leur production). Dans un premier temps, constatant que la musique était agrémentée de mots, issus de la langue française qui plus est, j’ai eu un a priori positif. Mais en fin de compte j’ai été bien déçu.

    Je vais détailler un peu plus mon sentiment vis à vis de leur morceau « Nuits Fauves ».
    En gros la chanson nous dit : La vie est dure, dans ce monde de merde, mais ne désespère pas. Un jour une fille te sourira dans un bar et là, par magie, tout va s’arranger.

    Cette espèce de pleurniche sur la cruauté du monde de laquelle une jolie fille souriante viendrait nous sauver, est une thématique récurrente. J’ai l’impression qu’elle nous est servie un peu partout et c’est sans doute parce qu’elle reflète les espoirs de beaucoup d’hommes. Une chanson lucide sur les travers de l’époque dénoncerait, au contraire, cette idolâtrie qui conduit à prêter aux femmes des pouvoirs miraculeux qu’elles n’ont pas. Les hommes ont un peu trop tendance à attendre la femme qui va métamorphoser leur existence, qui d’un regard va les sortir de la misère et du néant où ils se trouvent. Il faut préciser que cette évolution de la perception des femmes par les hommes est parfaitement logique. Dès lors qu’on évacue Dieu, les idoles se multiplient et accaparent toute l’attention.
     

  6. Kolia Karamazov Auteur de l’article

    Mais vous aviez peut-être en tête une chanson particulière du groupe Fauve que je n’ai pas écoutée?

    Pour ma part, la seule chanson contemporaine qui offre une critique pertinente de la société actuelle que je connaisse, c’est celle-ci.

  7. François (droite d'avant)

    Je pensais à la chanson Loterie. C’est sûr que ce n’est pas du même niveau. Les québécois de votre chanson décrivent le problème
    Les autres du groupe Fauve ne décrivent que les symptômes. Je ne suis pas sûr qu’ils comprennent les causes.
    Et s’ils les comprenaient, je ne suis pas sûr qu’ils les mettraient dans une chanson.

  8. Kolia Karamazov Auteur de l’article

    J’ai écouté « Loterie » et en effet ça décrit assez bien une certaine atmosphère. L’enlaidissement des relations humaines, qui se réduisent à des espèces de rapport de domination, a atteint un degré très poussé. Mais bon, ça ne peut pas continuer sur cette pente encore très longtemps.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s