Le déclin de l’occident illustré – Les femmes

Dans ma série de diaporamas visant à illustrer le déclin de l’occident (voir l’article introductif), voici celui sur l’évolution de la tenue des femmes (pour chaque image, la date correspondante est affichée).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

8 réflexions au sujet de « Le déclin de l’occident illustré – Les femmes »

  1. Ping : Le déclin de l’occident illustré – Introduction | Kolia Karamazov

  2. Paul-Emic

    les images parlent d’elles mêmes. Notez qu’il serait injuste d’exonérer les hommes, mais la décadence de l’Europe est bien une trahison des femmes et ça me peine de le dire.

  3. Kolia Karamazov Auteur de l’article

    « Notez qu’il serait injuste d’exonérer les hommes… »

    Bien entendu, d’ailleurs je vais sans doute faire le même genre de diaporama sur les hommes.

    « …mais la décadence de l’Europe est bien une trahison des femmes et ça me peine de le dire. »

    Je pense que c’est plus compliqué que ça. Ce que l’on peut dire c’est que l’avilissement de la femme est une catastrophe pour notre civilisation. On peut aussi estimer qu’un certain nombre de femmes sont de fait coupables de trahison. Mais n’a-t-il pas fallu d’autres trahisons, des hommes cette fois, pour qu’elles en arrivent là ?

    Je vois le féminisme comme étant (au moins en partie) un mouvement de mise en conformité du rôle de la femme avec l’individualisme grandissant des sociétés occidentales. L’idée c’est que le rôle traditionnel de la femme, s’occuper des faibles (enfants et vieillards) est résolument tourné vers l’autre, il est donc absolument incompatible avec un état d’esprit individualiste. En revanche, le rôle traditionnel des hommes, travailler pour gagner de l’argent, s’en accommode très bien. L’occupation de l’homme n’avait donc pas besoin de changer fondamentalement lors de la transition vers une société individualiste. Dans un premier temps, il donnait sa vie au travail afin de faire bouillir la marmite, pour le bénéfice de sa femme et de ses enfants. Petit à petit, bien qu’il n’ait pas changé d’activité, ses objectifs sont devenus de plus en plus tournés vers lui même. Le salaire gagné servait de moins en moins à subvenir aux besoins d’une famille et de plus en plus à s’acheter des voitures, des téléviseurs et des cigares. La femme, de son côté, ne pouvait pas rester à son poste, au sein du foyer, et simultanément assouvir ses désirs individualistes. C’est pour cette raison que les femmes ont investit le monde du travail. On a l’impression qu’elles ont changé tandis que les hommes seraient restés les mêmes, mais c’est une illusion. Il se trouve que le changement a été plus apparent dans le cas des femmes, mais au fond, hommes comme femmes ont connu des conversions semblables, ils sont passés du souci de l’autre au souci de soi-même.

  4. Paul-Emic

    Reste que le rôle de la femme c’est la transmission de la vie et la conservation de la société, parce qu’une société stable et accueillante aux femmes et à leur progéniture favorise la propagation de la vie qui est un dessein qui nous dépasse complètement et qu’on peut constater sans même faire référence à Dieu : la vie n’a qu’un but, préserver et perpétuer la vie.
    Or dans le cas de la société occidentale contemporaine, les femmes ont brisé ce lien , devrais-je dire la Femme ? – sous influence comme vous le relevez – mais elle l’ont fait, que cela constitue une trahison non seulement envers le pays, mais la société au sens plus général et envers l’espèce.
    C’est pour cela que sauf miracle, nous disparaîtrons rapidement. Sans doute vivons nous à notre échelle le comportement suicidaire que l’on prête aux lemmings.

    Naturellement ce que j’écris ferait frémir un socialiste ou une féministe, mais la vérité est au-delà des frémissements de morts-vivants.

  5. Kolia Karamazov Auteur de l’article

    « […] la propagation de la vie qui est un dessein qui nous dépasse complètement et qu’on peut constater sans même faire référence à Dieu : la vie n’a qu’un but, préserver et perpétuer la vie. »

    Pour défendre l’idée que la vie aurait ce but exclusif, il vaut mieux ne pas faire de référence à Dieu, du moins pas au Dieu chrétien, car la vie pour un chrétien ce n’est pas cela.
    Par ailleurs, si l’on s’inscrit dans une perspective Darwiniste, parler de « but » de la vie n’a pas de sens. Rien n’a de sens, pas même les phrases que j’écris en ce moment…

    « C’est pour cela que sauf miracle, nous disparaîtrons rapidement. »

    Je crois que le miracle va arriver, tout simplement parce que les circonstances l’exigent. Mais il ne s’agit pas d’attendre que ça se fasse tout seul, chacun doit prendre la mesure de sa responsabilité et agir en conséquence.

  6. Ping : Le déclin de l’occident illustré – L’architecture | Kolia Karamazov

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s