Théorie du genre, caddies et calvitie

Famille_Caddie

Grâce aux brillants « chercheurs » qui se consacrent aux questions de genre, nous savons désormais que l’homme et la femme ne sont que des constructions sociales. En fait, lorsqu’ils naissent les êtres humains ne sont guère que des contenants, tous identiques, entièrement vides et prêts à accueillir n’importe quel contenu. Un nouveau né n’a pas plus de substance propre qu’une bassine, qui peut tout aussi bien être remplie d’eau, de sable, d’urine, de noisettes que de whisky, de vomi, d’huile de vidange ou de tout cela à la fois.
Pour les théoriciens du genre, une personne, quel que soit sont sexe, est semblable à un caddie et la vie consiste à déambuler éternellement dans les allées d’un hypermarché, pour se remplir à sa guise des produits trouvés dans les rayons. Si certains des chariots à roulettes que nous sommes ont tendance à contenir d’avantage de produits de beauté et de magasines people que les autres, c’est uniquement parce que la pression sociale leur a barré la porte du rayon « bricolage ». Violence intolérable et sans fondement que cette oppression patriarcale, qui prétend nous faire croire que certains chariots seraient plus à leur aise dans l’allée « petite enfance » qu’au rayon « quincaillerie ». Il est plus qu’urgent de laisser les lumières des disciples de John Money, mettre à bas les entraves résiduelles, qui empêchent encore de s’auto-définir aussi librement, que l’on choisit ses articles au Carrefour de Villiers-en-Bière.

Non, il n’y a pas de raison que les femmes soient moins nombreuses dans les écoles d’ingénieurs, qu’elles soient moins représentées dans les clubs d’aéromodélisme, ou dans les unité d’élites de l’armée française. Tout cela n’est dû qu’à un carcan social artificiel qui les empêche encore de définir et de poursuivre librement leurs buts.
De même, qui peut encore croire, au XXIe siècle, que les femmes sont naturellement moins disposées à la calvitie que les hommes. Cet essentialisme, dont les relents évoquent les années trente (du XXe siècle), n’est pas tolérable dans une grande démocratie comme la nôtre. Si les femmes sont moins souvent chauves, c’est uniquement parce que dès l’enfance, on les incite à ne pas emprunter cette voie. On ne leur permet pas de s’identifier à des modèles de femmes chauves et on répète sans arrêt que la calvitie est une affaire d’homme. Mais au nom de quoi la moitié de l’humanité serait-elle maintenu à l’écart des joies de la couronne et du crâne d’œuf?
Dans le cadre du programme « tous égaux devant l’alopécie », les objectifs sont très clairs. D’ici quelques années il s’agit de monter à une proportion de 50% de femmes parmi les chauves. Cela se fera sans difficulté. Avec les « programmes » scolaires pourris et les bouquins « Maman, assume sans perruque » et « Barthez porte une robe » les cheveux des petites filles et de leurs mères ont dors et déjà commencé à tomber.
Grâce à un programme de déconditionnement, un certain nombres de femmes proches du pouvoir socialiste, ont dors et déjà pu se libérer des stéréotypes qu’on leur avait inculqués dans l’enfance. Les résultats sont spectaculaires et, osons le dire, très réussis.

C’est sur Ségolène Royal, que le reconditionnement a le moins bien fonctionné. On observe chez elle une féminité résiduelle qui se manifeste par des cheveux longs sur l’arrière du crâne. Néanmoins, quand on lui a fait remarquer l’échec partiel de sa requalification en tant qu’homme, elle a rétorqué qu’elle était très satisfaite de son nouveau look « Jean-Claude Dusse ».

Royal_Chauve

Sur Julie Gayet, le sex-friend du président, la méthode Peillon-Belkacem a fait des miracles : elle n’a plus un poil sur le caillou. Le résultat est tellement impressionnant que François Hollande, lui-même, s’y est trompé. Il a confié au magasine GQ, qu’en se réveillant un matin, il a cru qu’Alain Soral dormait à ses côtés.

Gayet_Chauve

Enfin, Najat Vallaud-Belkacem est très fière d’avoir surmonté sa peur des préjugés et de s’être imposée dans un monde d’homme : celui des chauves. Il paraît que suite à sa métamorphose, sa crédibilité en tant que ministre a beaucoup progressé. Par ailleurs elle ne fait plus l’objet de « harcèlement de rue », avis aux amatrices. Enfin, elle a vu s’ouvrir devant elle de nouvelles perspectives, puisque le cirque Zavatta lui a proposé de participer à un spectacle.

Najat_Chauve

Publicités

8 réflexions au sujet de « Théorie du genre, caddies et calvitie »

  1. Dame Ginette

    Dear Kolia,
    Merci pour cet article plein d’humour qui nous sauve quant à la crétinerie de nos contemporains bons penseurs.
    Ce matin, une grande radio nationale, avait un de ses titres consacré au lait maternel qui, selon les chercheurs, est différent selon que la mère ait mis au monde une fille ou un garçon… honte, discrimination, non respect de l’égalité des chances… que fait le gouvernement ?
    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0203319154676-le-lait-maternel-s-adapte-au-sexe-du-bebe-650739.php
    Au plaisir !

  2. Kolia Karamazov Auteur de l’article

    Vous n’avez pas compris le programme François. Lors de l’étape suivante on va vous déconditionner, vous, de façon à ce que vous appreniez à apprécier les femmes chauves :-)

  3. Kolia Karamazov Auteur de l’article

    Dame Ginette,

    Katie Hinde, responsable de l’étude sur le lait maternel, s’est plainte sur son blog de la déformation de ses conclusions par le Daily Mail et le Guardian. En fait, l’existence de différences dans la composition du lait en fonction du sexe de l’enfant ne serait pas encore avérée.
    Dans tous les cas, on peut se poser la question de la capacité de cette Katie Hinde à assumer une conclusion scientifique qui serait politiquement incorrecte. On peut réellement se demander si elle aurait « les couilles » de s’opposer aux départements « gender » et « women studies » de l’université de Harvard, où elle officie. Il suffit de voir sa photo pour en douter. Hé oui, nous ne sommes plus au temps où les scientifiques respiraient le sérieux et la virilité.
    Rappelons que Lawrence Summers, président de Harvard de 2001 à 2006, a été poussé vers la porte de sortie pour avoir osé remettre en question un dogme féministe. Le malheureux avait suggéré que si les femmes sont peu présentes, à haut niveau, dans les sciences dures, c’est peut être tout simplement parce qu’elles ont de moindres capacités dans ce domaine.

  4. François (droite d'avant)

    « de façon à ce que vous appreniez à apprécier les femmes chauves »
    Pour moi, c’est trop tard. Mais il faut agir sur les enfants dès le plus jeune âge, afin qu’ils échappent aux déterminismes etc…
    A la réflexion, c’est chouette d’être socialiste. On peut proférer des horreurs qui dans la bouche d’un gars de droite auraient des relents nauséabonds.

  5. Laurent

    Les photos de cet article ne sont pas retouchées? Ces femmes ont vraiment cette tête? Je sais je fais un préjugé que la société en générale perçoit. Je suis d’accord avec vous en fait. Tout le monde est capable d’accomplir tout ce qu’il veut. C’est la peur de ce que la société va penser qui l’en empêche. Mais avouez par contre que parfois, ces préjugés sont assez bénéfiques. Par exemple toutes les filles peuvent être des pétasses. Mais par peur de ce que va dire la société, beaucoup s’en abstiennent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s