Surtout ne grattez pas le vernis !

Il y a toujours une cohérence entre les différents aspects d’une époque. La musique, l’habillement, l’architecture, le style des automobiles, l’état d’esprit des gens et bien d’autres choses sont intimement liées.
J’en ai trouvé un bel exemple. Voyez l’idéal de beauté féminin mis en avant dans cette publicité.

Pub_Dior

A présent jetez un œil à cette chambre délicieusement contemporaine. On croirait que Stéphane Plaza et Valérie Damidot sont passés par là.

Intérieur_Contemporain

La ressemblance est immédiatement visible et elle est confirmée par une analyse plus poussée. Dans les deux cas la part belle est faite aux surfaces lisses, laquées et brillantes. Dans les deux cas, ça présente bien en surface, mais ça sonne creux : Toc-Toc. Enfin dans les deux cas, c’est attrayant quand c’est neuf, mais au bout de dix ans ça part en lambeaux.

Publicités

6 réflexions au sujet de « Surtout ne grattez pas le vernis ! »

  1. Dame Ginette

    Non seulement ce toc glacé ne tient pas la distance, mais en plus il est glacé. Il ne peut qu’attirer les superficiels.
    La beauté Dior, comment imaginer l’embrasser, la serrer dans ses bras. Elle n’a plus grand chose d’humain. On dirait plus une chose, un animal, mais pas une femme.

  2. jmespe

    bonjour
    Le formatage de « la déco » et de l’architecture a aussi une raison toute mathématique
    Le socialisme consiste à taxer le travail pour payer les assistés
    mais la soupe est bonne, il y a donc toujours un peu plus d’assistés , et donc toujours plus de taxe.
    Aujourd’hui, toute heure de main d’œuvre est taxée presque au double de son prix de salaire.
    Résultat : la robotisation est pandémique car on a éradiqué toute les petites mains.
    En architecture le profilé alu en barre de 100m est donc devenu le summum du design
    et en « déco » les meubles sont à pleurer de simplicité . Il ne reste plus qu’à masquer cette simplicité par des tonnes de couleurs « flashy »

    cordialement

  3. Kolia Karamazov Auteur de l’article

    Dame Ginette,

    Il me semble que l’existence de cette publicité est un symptôme de la haine qu’ont de plus en plus de gens pour leur propre humanité. J’ai déjà évoqué à plusieurs reprises la volonté des hommes d’accéder à la divinité. Il ne faut pas oublier que divinité et humanité sont antinomiques (sauf chez le Christ, mais comme les hommes ne veulent plus en entendre parler…)
    Je crois donc que n’avoir « plus grand chose d’humain », est précisément le but recherché par la clientèle Dior.
    Quant à savoir si les hommes ont envie d’avoir cette « chose » dans les bras, la réponse est oui, pour les mêmes raisons. Conquérir une déesse, c’est faire soi-même son entrée dans l’Olympe, n’est-ce pas ?

  4. Kolia Karamazov Auteur de l’article

    jmespe,

    D’accord, mais cela n’explique pas que les riches et même les très riches soient friands de la même « esthétique ». Ils auraient les moyens de recourir à des artisans, amoureux du bois ou de la pierre, et d’investir dans quelque chose de beau (comme les riches d’autrefois). Pourtant, la seule différence entre la maison du pauvre et celle du riche, c’est que dans cette dernière la laideur est étalée sur un plus grand nombre de mètres carrés.

  5. jmespe

    bonjour
    tiens, c’est vrai, il y a la une contradiction !
    mais je crois qu’elle s’explique de 2 manières:
    – l’effet de masse crée un effet de mode, il est donc has-been d’avoir du fait main même si on peut se le payer
    – le riche « consommateur » pourrait se payer du fait main
    mais ce même riche coté « producteur » doit éradiquer la main d’oeuvre et robotiser pour s’enrichir .Finalement il y a une certaine logique: en consommant « du manuel » ils pourraient enclencher l’effet de mode du fait main qui risque de les ruiner !
    Evidemment on est loin de la charité

    cordialement

  6. Kolia Karamazov Auteur de l’article

    Bonjour Jean-Marc,

    Pardonnez-moi pour cette réponse très tardive.

    Vous dites que « l’effet de masse crée un effet de mode », c’est vrai mais il n’a pas d’influence sur les très riches. Les modes descendent l’échelle sociale, mais ne la remontent pas. Une fois que tous les populos ont adopté un look à la Brad Pitt, ou à la Rihanna, ces derniers changent leur façon de s’habiller, de se coiffer, etc. Ils n’ont surtout pas envie de ressembler à monsieur ou madame tout-le-monde.
    Je pense que les gens qui ont les moyens de faire appel à des artisans virtuoses choisissent malgré tout de s’entourer de laideur, parce que leur âme est laide. Une personne dont l’âme est laide ne supporte pas la beauté, elle la déteste et la fuit. Ce sont des gens tellement narcissiques et imbus d’eux-mêmes qu’ils ne trouvent aucun intérêt aux choses qui leur sont extérieures. Un bel objet, un beau meuble, une œuvre d’art (véritable) force celui qui la contemple à admettre qu’il n’aurait pas su réaliser une telle chose, qu’un autre que lui est plus talentueux dans ce domaine. Pour s’éviter ce constat désagréable les riches d’aujourd’hui tapissent leurs maisons de surfaces lisses, sur lesquelles rien ne vient accrocher le regard, et brillantes, de telle sorte qu’elles servent de miroirs dans lesquels ils peuvent s’admirer à loisir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s