Une nouvelle arme pour couler les sous-marins

J'ai ai assez d'être une sorcière, maintenant je veux être sous-marinier. Ouais !

J’ai ai assez d’être une sorcière, maintenant je veux être sous-marinière !

J’apprends que les femmes vont être autorisées à se déguiser en sous-marinier. Comme vous le savez, les budgets de défense de la France sont sans cesse revus à la baisse. Vous pensiez peut-être que le peu d’argent que l’on dépense encore dans ce domaine, sert à équiper et à former une armée à même de nous défendre. Eh bien non, elle sert à aménager des sanitaires et des dortoirs séparés dans les sous-marins.
Enfermer des hommes sous la flotte, pendant deux mois et demi, avec une ou deux nanas à bord, en voilà une bonne idée ! Evidemment il y aura des plaintes pour harcèlement sexuel. C’est exactement ce que souhaite les lobbys féministes. Ca leur donnera une raison de faire parler d’eux et leur permettra de persécuter un peu plus ces militaires qu’ils détestent (car encore trop virils).
Il me semble que la présence de quelques femmes au milieu d’un groupe d’hommes a, entre autres, pour conséquence de semer la discorde dans ce groupe (via des rivalités sexuelo-amoureuses). C’est parfait ! Au lieu de cogner sur nos ennemis, les sous-mariniers se cogneront les uns sur les autres.
Je pose une question : une femme embarque-t-elle à bord d’un SNLE pour servir la patrie, ou pour servir ses petits caprices personnels ? Quel est le but ? Donner sa vie pour le pays, ou utiliser le pays pour remédier à sa frustration de ne pas avoir un pénis entre les jambes.
La seule chose qu’il y ait à faire d’une femme dans un sous-marin, c’est la mettre dans le lance-torpille et l’expédier chez l’ennemi, de façon à ce qu’elle fasse des dégâts chez lui et pas chez nous.

Publicités

11 réflexions au sujet de « Une nouvelle arme pour couler les sous-marins »

  1. Popeye

    Commentaire de Jean-Yves Le Drian présentant la mesure : « c’est un symbole »
    Tout est dit, non?
    Autrement dit, c’est une mesure idéologique dont on ne veut pas mesurer l’impact réel. Peu importe les emmerdes, réelles elles, auxquelles devront faire face les officiers de SNLE dans les années à venir. Le ministre est un salopard (je pèse mes mots) même s’il l’est certainement en toute bonne conscience. Je dis cela en ce sens qu’il fait délibéremment peser des contraintes très fortes pouvant nuire au succès de la mission à ceux qui seront chargés de la mener à bien. Les idéologues sectaires, en particulier lorsqu’ils sont socialistes, sont des gens dangereux.

  2. Paul-Emic

    ça tombe particulièrement bien au moment où on parle de harcèlements sexuels dans les corps de troupe.
    Il y a une vingtaine d’années, ce sont les épouses de sous-mariniers qui avaient fait avorter le projet.
    Ce Le Drian auto proclamé spécialiste des armées au PS et bombardé ministre de la défense est une tache !

  3. Kolia Karamazov Auteur de l’article

    Paul-Emic,

    Peut-être que la proportion de sous-mariniers mariés a chuté en vingt ans. Et puis le mariage c’était autre chose il y a vingt ans. Tout se tient, ils ont coulé le mariage donc il ne peut plus servir d’obstacle à ce que les femmes montent à bord des sous-marins pour les couler à leur tour.

  4. Kolia Karamazov Auteur de l’article

    Popeye,

    Oui, tout est dit. Ca fait longtemps que je pense que le « progrès » est la « réussite » des minables. Le minable est incapable de réels accomplissements alors il s’enorgueillit d’avoir contribué au « progrès ». Il y a les hommes qui inventent, réforment, bâtissent, entreprennent et il y ceux qui font entrer les femmes dans les sous-marins.

  5. Kolia Karamazov Auteur de l’article

    Quand je vois toutes ces pleurnicheries au sujet du harcèlement sexuel dans l’armée, je me demande comment les femmes soldats vont supporter le « harcèlement sexuel » quand elles seront tombés aux mains de l’ennemi. Vont-elles dire « Pouce, j’arrête de jouer, ce n’est plus amusant » ? Sans doute. Et Vallaud-Belkacem s’insurgera à la télé à propos de la vidéo du viol, qui tournera sur internet. Elle s’exclamera : « C’est inacceptable, c’est abject. Je n’aurais vu aucun inconvénient à ce qu’ils la torture et la décapite, comme n’importe quel autre soldat. Mais là un viol, c’est sexiste, on ne peut pas tolérer cela ! »

    Notre pays est gravement malade.

  6. Pierre Paul

    D’accord avec vous, bien sûr, mais : au lycée maritime il y avait six nanas pour une centaine de futurs marins. Nous savions dès les premiers jours que quatre d’entre elles ne tiendraient pas la barre, et parce qu’elles n’étaient pas des hommes était l’explication admise par tous, professeurs compris. Elles n’étaient pas respectées et ont aujourd’hui probablement revu leurs ambitions. La fréquentation des deux autres passionnées par la marine ne contredisaient pas cette explication : des garçons manqués, des manières d’homme, laides, pas du tout concernées par le devoir maternel mais respectées, donc admises. De même, les mecs moralement faibles étaient subrepticement, naturellement, évincés. La marine est un des derniers milieux où les hommes sont restés des hommes, cette nouvelle ne me fait donc pas peur. Les policières et les femmes au volant des tracteurs (j’ai pu la semaine dernière en voir jusqu’à trois !) m’inquiètent bien davantage. Les agriculteurs se suicident et les policiers ne m’inspirent aucun sentiment de protection (comme si ces hommes avaient démissionné) ; ces cinglés ne vaincront ni les marins ni la mer et il est peut-être souhaitable qu’ils s’y attaquent.
    J’en profite pour vous recommander le visionnage de Leviathan, film qui ne peut qu’intéresser ceux qui se souviennent de Moby Dick et de ses enseignements.

  7. Paul-Emic

    le problème ne se pose pas entièrement en ces termes.
    La marine Nationale est déjà largement féminisée. . Ce n’est pas la question de la compétence professionnelle de ces demoiselles qui se pose, elles font leurs preuves ailleurs . Le problème du SNLE c’est 90 jours de patrouille sans faire surface avec la nécessité d’un équipage soudé malgré les tensions qui ne manquent pas d’apparaître.
    Introduire une source potentielle de rivalité amoureuse là-dedans c’est ni plus ni moins que du sabotage. S’ils veulent des femmes il y a une solution. A chaque SNLE est affecté 2 équipages qui alternent . Faisons-en un masculin et un autre féminin.

  8. Pierre Paul

    Je ne parlais pas de leurs compétences professionnelles, mais le problème de leurs compétences professionnelles se pose aussi. Elles peuvent faire des noeuds plats ou de tisserand sans difficulté, apprendre leurs leçons, lire des cartes, elles ont des capacités physiques largement plus limitées, leur endurance et leur force mentales resteront, sauf exceptions, inférieures.
    Les patrouilles sous-marines sont comparables aux visions des mers démontées pour la peur qu’elles suscitent, ou des mers vides de toute vie humaine pour le sentiment d’isolement qu’elles génèrent. En surface ou en profondeur les problèmes demeurent.
    J’ignore tout de la Marine nationale, merci de me rappeler sa féminisation : cela me fait alors réfléchir sur une éventuelle culpabilité des marins militaires. Dans la marine marchande nous avons l’exemple de la Brittany Ferries, bordées composées comme vous le savez d’une très grande quantité de femmes : ambiance détestable, marins de qualité inférieure.
    Je ne parlais plus vraiment du problème mais d’un début de solution possible qui, je crois, peut être mis en oeuvre par l’équipage, par les pelotons, par les exploitants. Et puis : comment des exploitants (qui ne sont plus des agriculteurs, faut-il le rappeler) peuvent en arriver à pousser leurs filles plutôt que leurs fils à conduire des engins ? Fils démotivés ? Féminisés ? Fils aux prétentions estudiantines, donc blâmables ? Fils absents, en tout cas, comme le sont les pères. N’est-ce pas eux, d’abord, qui sont censés décourager leurs filles de faire des métiers d’homme ? De même, le traitement que mes professeurs agricoles réservaient aux filles m’a toujours interloqué : bienveillance excessive, ménagements, dispensions des questions difficiles ou des colères.
    Même s’il est vrai qu’on polémique aujourd’hui sur des foulards à tête de mort portés par des types dont le métier est de donner la mort, ces guignols dangereux restent loin. Il y a une féminisation de la marine et de l’armée, nous avons donc déjà des coupables et nous avons d’autres coupables à venir. Il y a aussi une féminisation de l’agriculture : un exploitant (mais peut-être est-ce aussi dû au fait qu’il n’est plus un agriculteur) qui donne le privilège de la conduite d’un tracteur à une nana est d’abord un bizarre, ensuite un condamnable.

  9. Kolia Karamazov Auteur de l’article

    Paul-Emic,

    « A chaque SNLE est affecté 2 équipages qui alternent . Faisons-en un masculin et un autre féminin. »

    J’ai cru comprendre que les ambiances de travail là où les femmes sont trop nombreuses sont exécrables. Donc ce n’est peut-être pas une bonne idée. Mais si ça se trouve, certaines de ces femmes qui entrent dans l’armée sont motivées par l’idée qu’elles y seront entourées par de jeunes mâles musclés. Celles-ci abandonneraient leur projet en apprenant que l’équipage sera 100% féminin.

    Que dirait-on si un homme disait vouloir rejoindre l’équipe de danseuses du Crazy Horse ?

  10. Kolia Karamazov Auteur de l’article

    Pierre Paul,

    « comment des exploitants (qui ne sont plus des agriculteurs, faut-il le rappeler) peuvent en arriver à pousser leurs filles plutôt que leurs fils à conduire des engins ? Fils démotivés ? Féminisés ? Fils aux prétentions estudiantines, donc blâmables ? Fils absents, en tout cas, comme le sont les pères. N’est-ce pas eux, d’abord, qui sont censés décourager leurs filles de faire des métiers d’homme ? »

    Je ne connais pas beaucoup d’agriculteurs, mais je suppose qu’ils sont comme le reste de la population et qu’ils ne font plus beaucoup d’enfants. Quand on a deux ou trois enfants, la probabilité de ne pas avoir de fils ou d’en avoir un seul est assez forte. Bien entendu, ça ne peut pas être le fils qui se charge de la conduite des engins agricoles, quand le fils n’est jamais né.

    Par contre je n’ai pas bien compris, vous avez fait le lycée maritime ou le lycée agricole ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s