Un extrait révélateur

Dans l’extrait vidéo ci-dessous, Nicolas Domenach annonce avoir acheté le Coran et affirme qu’après l’avoir lu, il n’y a pas trouvé la violence que Zemmour prétend qu’il contient. Ce qui est intéressant, c’est que Domenach, journaliste de plus de 60 ans, qui prône l’accueil de l’immigré musulman depuis une quarantaine d’années, n’ait lu sa première ligne du Coran que la semaine dernière. Cet homme a contribué activement à l’entrée de dix millions de mahométans sans rien connaître du livre sur lequel est fondée toute leur vie.
Chapeau l’artiste !
Domenach est à mon avis représentatif des gauchistes de sa génération. A vingt ans ils ont adopté des idées à la con parce qu’ils étaient gâtés, blasés, orgueilleux et ignorants. Et tout le reste de leur vie, ils n’ont pas cessé de répéter ces mêmes idées, sans jamais les remettre en question, sans jamais approfondir le sujet en lisant sérieusement quelque chose qui ne les caressait pas dans le sens du poil. Et pour cause tout ce qui comptait, pour eux, c’était leur statut social et leur sentiment d’importance. Les années qui viennent vont être cruelles pour ces papys. Ils vont être contraints de reconnaître qu’ils se sont trompés toute leur vie, sur toute la ligne, à moins qu’ils ne choisissent plutôt de s’enfoncer dans un déni si extrême qu’il les mènera inéluctablement à la folie. Leur orgueil les conduira sûrement sur la seconde voie, à moins que le Christ ne les en guérisse, ce qui vaudrait mieux pour tout le monde. Prions pour eux.

Publicités

18 réflexions au sujet de « Un extrait révélateur »

  1. Anon

    Pour ma part, je viens de m’acheter une Bible, et je vous assure qu’elle contient une apologie du génocide comme mode de règlement des conflits territoriaux. Peut-être serait-il plus prudent d’expulser de notre doux pays gaulois non seulement les musulmans, mais aussi les judéo-chrétiens ?)

  2. Dame Ginette

    @ Anon :
    Comme notre petit âne porte bien son sobriquet !
    La Bible, vient du grec ancien, βιϐλία (ta biblia), signifie « les livres ».
    Cette « bibliothèque » réunit deux parties principales :
    – l’Ancien Testament (Ancienne Alliance entre Dieu et les hommes) aux textes plus anciens, dont les évènements se passent avant l’arrivée de Jésus, fils de Dieu et qui forme la base de la religion juive ;
    – le Nouveau Testament (Nouvelle Alliance) qui regroupe des textes écrits dans la période après Jésus-Christ. Cette partie de la bible forme un corpus de textes anciens qui ont été sélectionnés déjà dans l’antiquité pour leur qualité historique.
    Beaucoup de textes narrant les premiers temps chrétiens (juste après la naissance du Christ, voire après sa mort) ne figurent pas dans le canon biblique, car ils s’éloignaient du réel et semblaient trop légendaires. Pour comprendre, voir les Evangiles Apocryphes.

    Alors maintenant, Anon, je vous mets au défi de lire le texte des chrétiens qui n’est autre que le Nouveau Testament et de me trouver des paroles prônant la haine, la destruction, le meurtre du prochain…
    Puis vous achèterez un Coran et vous m’enverrez les paroles universelles de paix, d’amour et charité que vous y trouverez.
    J’ai réalisé ce travail et j’avoue que le N.T. est universel, même sans croire au Christ, en Dieu, aux anges, les paroles sont positives et ne feraient de mal à personne.
    Dans le Coran, je n’ai rien trouvé d’aimable envers les populaces qui n’appartiennent pas à l’Islam (qui signifie soumission, révélateur de ce qu’est un croyant en Islam!).
    Pour votre information, « chrétien » signifie « ami de Christ ».

    C’est bien, Anon, d’avoir acheté « les livres », maintenant il faut les lire, comprendre d’où ils viennent, quel est le contexte dans lequel ils ont été écrits, quelles en sont les valeurs littéraire, historique, mythique, légendaire… Hé bien oui, c’est ça « étudier » et ensuite vous pourrez parler de ce que vous connaissez.
    Cette pérégrination intellectuelle (il ne s’agit ici pas de foi ou de croyance) vous apportera énormément. Bonnes soirées en perspective.

  3. Anon

    à ‘Dame’ Ginette : je n’avais donc pas compris que les chrétiens reniaient ce que vous appelez l’Ancien Testament.

  4. Dame Ginette

    Pauvre petit âne, il enfonce le clou.

    Ai-je jamais prétendu une telle ineptie.
    J’essaie d’être synthétique et ne peut vous résumer en quelques lignes des siècles d’histoire et de traditions chrétienne.
    Pour vous complaire, sachez que les chrétiens n’ont pas renié l’Ancien Testament mais le Nouveau Testament est pour eux la révélation de l’Ancien.
    Les théologiens chrétiens ont d’ailleurs établi une concordance entre les textes du Nouveau et de l’Ancien Testament.

    Un des problèmes des musulmans : ils considèrent leur livre (en tant qu’objet) comme sacré. Les femmes n’ont pas le droit d’y toucher… Brûler le Coran est sacrilège…
    Pour les chrétiens la bible n’a de caractère sacré que lorsque des disciples de Christ se réunissent pour le lire et le partager.

    Bien à vous !

  5. Anon

    à ‘Dame’ Ginette : on avance donc un tout petit peu, au rythme de l’ânon des Rameaux. Mais vous savez qu’elles peuvent être têtues, ces sales bêtes ! Nous avons donc d’un côté des chrétiens qui se réfèrent plus ou moins à leur livre, et de l’autre des musulmans qui se réfèrent plus ou moins aussi à leur livre. Les deux livres contiennent des horreurs, les deux contiennent des merveilles. Et, contrairement à ce que vous affirmez, le Coran contient aussi des paroles de bienveillance à l’égard des chrétiens et des juifs. Bien sûr, c’est un problème que le Coran soit considéré comme ‘la’ Parole de Dieu, par contre l’islam, contrairement au catholicisme romain, a cet avantage de ne pas avoir d’autorité religieuse suprême. Et vous savez comme moi que la majorité des musulmans sont de braves gens comme vous et moi, qui ne demandent qu’à vivre en paix. Quant aux racines de la violence dans le Coran, je crains que nous, chrétiens, en ayons quelque responsabilité lorsque l’Église de Paul a ‘gagné’ sur le judaïsme chrétien au tournant entre 1er et 2ème siècle. Mais peut-être n’étiez-vous pas au courant de toute l’histoire ?

  6. Anon

    De deux choses l’une : ou vous avez effectivement lu le Coran, et vous savez qu’on y trouve deux discours sur les chrétiens et les juifs, un discours demandant de les respecter (ce qui ne veut pas dire accord avec eux, mais, oui, bienveillance), et un discours effectivement hostile. Ou vous ne l’avez pas lu, et vous vous contentez de répéter de la désinformation qu’on vous a enseignée. Le problème n’est pas là, avec le Coran, mais avec les règles d’abrogation entre les versets. Si vous n’avez pas non plus entendu parler des règles d’abrogation, il vaut mieux que nous en restions là pour l’instant.
    Bien à vous.

  7. Kolia Karamazov Auteur de l’article

    L’article n’avait pas pour but de discuter du degré de violence du Coran, mais de dénoncer une attitude qui consiste à donner des leçons de tolérance migratoire pendant des décennies, sans jamais avoir fait l’effort de lire une ligne du livre qui fonde la religion des immigrés.

    En ce qui me concerne, je n’ai pas attendu d’avoir soixante ans pour lire des extraits du Coran (choisis au hasard). J’ai trouvé ça lourdingue et pas franchement spirituel… Ca m’a fait penser à la rubrique « précaution d’emploi » de la notice du taille-haie thermique de chez ma grand-mère… Sauf que le Coran doit être à peu près 300 fois plus long !

    Anon, si vous connaissez des passages de ce livre qui soient à la fois beaux, vrais et hautement spirituels n’hésitez pas à nous les soumettre.

  8. Anon

    cher Kolia,

    j’avais bien compris que votre article avait comme objet principal de vous gausser de M. Domenach (que pour ma part je ne connais ni d’Éve ni d’Adam), en lui reprochant son inculture, mais vous précisez qu’à cause de cette inculture, il « a contribué activement à l’entrée de dix millions de mahométans », ce que vous semblez lui reprocher aussi. Ai-je donc lu de travers que vous pensiez que le Coran est effectivement violent, qu’il ne peut donc pas y avoir de musulmans pacifiques, et que pour ces raisons nous allons au-devant de périodes de plus en plus troubles, selon un discours de plus en plus répandu de nos jours de manière assez stéréotypée ? Si c’est le cas (je me suis trompé), je vous prie sincèrement de m’en excuser.

    Sinon, le Coran a effectivement des côtés particulièrement rébarbatifs, mais ni plus ni moins que, disons, la Torah ? mais on y trouve aussi de « beaux, vrais et hautement spirituels » passages, même si comme vous je suis plus sensible à la beauté et la spiritualité des Évangiles, par exemple. Mais je ne crois pas que là soit la question, pas plus à son propos qu’à celui de la Bible, ou des Upanishads, ou des écrits de n’importe quelle religion. On peut certes discuter des degrés respectifs de spiritualité des différentes Écritures sacrées, mais ne croyez-vous pas que ce qui importe est plutôt la lecture qu’en font ceux qui s’en réclament ? et on peut discuter des degrés respectifs de spiritualité des différentes religions, mais ne croyez-vous pas que ce qui importe est que tous soient en chemin avec un cœur sincère, ce qui est le cas de l’immense majorité, dans toutes les traditions ?

    Après, oui, on peut discuter des problèmes liés au Coran incréé et au Coran descendu, qui font que, pour l’instant, les musulmans dans leur ensemble refusent toute lecture contextuelle de ce texte. Mais vous-mêmes, par rapport aux travaux historico-critiques sur nos évangiles, sur leurs « valeurs littéraires, historiques, mythiques, légendaires… » comme disait Dame Ginette, jusqu’où êtes-vous prêt à aller ?

    Amicalement

  9. Kolia Karamazov Auteur de l’article

    Mon but n’était pas de me « gausser » de Domenach, mais de montrer que lui et les autres donneurs de leçons soixante-huitards, ne sont pas des gens cultivés qui auraient fait une erreur d’appréciation, malgré une analyse approfondie et sincère de la situation, mais que ce sont des ignorants sur des sujets sur lesquels ils pontifient pourtant à longueur de temps.

    Domenach à 20 ans : « L’islam n’est en aucun cas une menace ! »
    Domenach à 30 ans : « L’islam n’est en aucun cas une menace ! »
    Domenach à 40 ans : « L’islam n’est en aucun cas une menace ! »
    Domenach à 50 ans : « L’islam n’est en aucun cas une menace ! »
    Domenach à 60 ans : « J’ai acheté le Coran il y a trois jours parce que je voulais vérifier mes préjugés vieux de quarante ans au sujet de l’islam… »

    Ai-je donc lu de travers que vous pensiez que le Coran est effectivement violent, qu’il ne peut donc pas y avoir de musulmans pacifiques, et que pour ces raisons nous allons au-devant de périodes de plus en plus troubles, selon un discours de plus en plus répandu de nos jours de manière assez stéréotypée ?

    Il est tout à fait possible que le Coran soit violent (d’après ce que j’ai vu, il l’est) et qu’il y ait simultanément des musulmans pacifiques. Par contre il ne peut pas y avoir de communauté musulmane pacifique. Il y aura toujours des musulmans qui préféreront mener des vies à peu près paisibles, c’est évident, ce sont des êtres humains jusqu’à preuve du contraire. Mais il y aura aussi toujours des musulmans qui mettront en application la violence imposée par leurs textes. La proportion des belliqueux et des pacifiques est appelée à varier en fonction du contexte.

    Sinon, le Coran a effectivement des côtés particulièrement rébarbatifs, mais ni plus ni moins que, disons, la Torah ? mais on y trouve aussi de “beaux, vrais et hautement spirituels” passages

    J’ai ouvert la Torah (le Pentateuque) hier soir, au hasard, je suis tombé sur Juges, ça ne m’a pas semblé aussi rébarbatif, loin de là. En outre, n’oublions pas que pour un chrétien, la Torah et d’une manière générale l’Ancien Testament n’a pas une place aussi centrale que le Nouveau Testament. J’ajoute que comme le Coran est un texte plus « récent » que tous les autres, on devrait être plus « exigeant » envers lui, mais si c’était le cas, nos exigences seraient bien déçues.
    J’attends toujours que vous nous donniez les références d’un passage qui soit beau, vrai et hautement spirituel.

    mais ne croyez-vous pas que ce qui importe est plutôt la lecture qu’en font ceux qui s’en réclament ?

    Non, il y a un texte, une succession de mots, qui forment des phrases, qui ont un sens et ça s’arrête là. Dans les évangiles, Jésus enseigne par paraboles, donc c’est un petit peu particulier, ça demande un effort d’interprétation. Mais, depuis quelques temps, chez les Chrétiens, il y a une manie de l’interprétation excessive et de la mise en contexte qui est souvent une façon d’apostasier en faisant mine que l’on ne rompt pas avec la Foi.

    mais ne croyez-vous pas que ce qui importe est que tous soient en chemin avec un cœur sincère, ce qui est le cas de l’immense majorité, dans toutes les traditions ?

    Non, je ne le crois pas. Les musulmans sont sans doutes sincères. Ils sont sincèrement aveuglés par une fausse religion, tout comme les Juifs. Pour ce qui est de leur cœur, il ne peut qu’être dans un piteux état du fait de leurs fausses croyances.

    Mais vous-mêmes, par rapport aux travaux historico-critiques sur nos évangiles, sur leurs “valeurs littéraires, historiques, mythiques, légendaires…” comme disait Dame Ginette, jusqu’où êtes-vous prêt à aller ?

    Avec le Coran, les problèmes commencent lorsqu’on lit le texte au premier degré. Avec le Nouveau Testament les problèmes commencent lorsqu’on arrête de lire le texte au premier degré.

    Ai-je donc lu de travers que vous pensiez que le Coran est effectivement violent, qu’il ne peut donc pas y avoir de musulmans pacifiques, et que pour ces raisons nous allons au-devant de périodes de plus en plus troubles, selon un discours de plus en plus répandu de nos jours de manière assez stéréotypée ?

    Je préférerais sincèrement pouvoir vous dire le contraire, mais nous allons bel et bien vers des périodes de plus en plus troublées. J’ai heureusement aussi une bonne nouvelle à vous annoncer. Les Evangiles sont certes beaux et spirituels, comme vous l’avez constaté, mais ils sont aussi le récit de la vie de Jésus Christ fils de Dieu, notre sauveur.

  10. Anon

    Bon, donc en gros : le Coran ne peut présenter à la rigueur d’intérêt que si on l’interprète, tandis que les évangiles sont la vérité historique pure. J’avais déjà noté cette erreur dans les propos de « Dame Ginette » sur le Nouveau Testament qui serait « un corpus de textes anciens qui ont été sélectionnés déjà dans l’antiquité pour leur qualité historique ». Vous y étiez, pour savoir que c’est l’historicité des textes qui a présidé à leur choix ? Sérieusement, Kolia, ce qui a présidé à l’élaboration du canon n’est pas l’historicité mais la vérité de la foi exprimée, ce qui n’est pas tout-à-fait la même chose. Puis-je me permettre de vous rappeler une des paraboles de Jésus ? Un ‘mahométan’ et un « chrétien’ sont tous les deux montés à la prière. Le mahométan se tenait couché par terre tout au fond, et disait à son Dieu : « je ne suis que ton serviteur humblement soumis (islam) à ta volonté, prends pitié de moi ! ». Le chrétien se tenait fièrement debout au tout premier rang, et disait à son Dieu : « merci Seigneur de m’avoir fait chrétien, celui qui connaît ‘la’ Vérité, pas comme ce mahométan pécheur ! ». Jésus termina la parabole en disant : je vous le dis, c’est le mahométan qui retourna chez lui justifié… Ne jugez pas, Kolia, si vous ne voulez pas être jugé. Je pense, ceci dit, que vous ne croyez quand même pas à l’historicité des évangiles stricto sensu au pied de la lettre, tout comme j’espère que vous ne croyez pas que l’univers a été créé en six jours. Plutôt que de nous focaliser sur le Coran, peut-être pourrions-nous discuter de ce qui nous semble historiquement indispensable dans les évangiles pour que notre foi demeure ? Ah ! et pour Domenach, vous êtes sûr qu’il fallait le prendre au pied de la lettre, lui aussi, quand il a dit qu’il venait d’acheter un Coran, comme moi dans mon premier post, quand j’ai dit que je venais d’acheter une Bible (j’en ai en réalité un certain nombre et depuis assez longtemps, de même quelques Coran, d’ailleurs…) ?

  11. Kolia Karamazov Auteur de l’article

    Vous n’avez toujours pas donné les références d’un passage du Coran qui soit beau, vrai et hautement spirituel. Si ça continue comme ça, je vais finir par penser que votre religion à vous, c’est le relativisme et que vous considérez par principe, sans être en mesure d’apporter un quelconque élément pour soutenir votre thèse, que toutes les « religions » et « spiritualités » se valent.

    Quand à votre grotesque parodie de parabole, elle ne tient pas compte du fait que le musulman est humble, certes, mais uniquement lorsqu’il se prosterne devant un faux dieu. Pour ce qui est d’être humble dans la vie de tous les jours les muslims se posent-là. J’habite dans une ville ou beaucoup de gens circulent à vélo. Je ne vois jamais un arabe qui pédale, ils sont tous assis dans leur Merco et vous regardent passer avec une morgue qui en dit long sur l’humilité dont est porteuse la culture islamique.

    Et puis franchement cette parabole, vous l’assénez comme ça, comme si c’était une vérité. Vous prétendez qu’il vous est donné de connaître la vérité à travers cette parabole, une vérité que moi, misérable ver de terre aveuglé par le péché, j’ignorerais. Attention, c’est peut-être vous le pharisien de la parabole en fin de compte !

    Ne jugez pas, Kolia, si vous ne voulez pas être jugé.

    Ce sont les personnes qu’il faut se garder de juger, pas les actes, ni les idées. Si on arrête de juger les actes et les idées, c’est la fin de tout.

    Pour finir sur Domenach, je ne vois pas pourquoi il se serait tiré une balle dans le pied en inventant qu’il a acheté le Coran la veille, s’il l’avait dans sa bibliothèque depuis vingt ans.

  12. Anon

    Bien. Nous allons nous en arrêter là, puisque effectivement vous appelez musulmans des petites crapules de dealers, sous le prétexte qu’elles sont arabes. Je sais que c’est plus facile pour moi qui vit au fin fond de ma campagne, que pour vous en ville ! mais je croyais que vous étiez animé par un désir sincère de recherche spirituelle. Je vois maintenant surtout un besoin d’identité religieuse. Je ne vous le reproche pas, mais je ne suis pas intéressé pour ma part, je préfère vivre de l’Esprit. Bonne chance pour la suite, Kolia !

  13. Dame Ginette

    Il semble qu’Anon, équipé récemment d’une bible, soit dans la difficulté de m’apporter ses sources et autre références coraniques faisant mention de la paix, l’amour et la tolérance prônés par ces textes auprès des mahométans.
    J’attends toujours (je crois que je vais attendre longtemps)…

    Bien le bonjour chez vous !

  14. Kolia Karamazov Auteur de l’article

    Je sais que c’est plus facile pour moi qui vit au fin fond de ma campagne, que pour vous en ville !

    C’est déjà bien d’en avoir conscience.
    Mais le réel (et la ville constitue aujourd’hui une part du réel qui n’est pas négligeable) n’est pas dissociable du spirituel, ils s’éclairent mutuellement.

  15. Anon

    Aussi est-ce bien la raison pour laquelle je vous ai dit que je ne vous reprochais pas d’être plus en recherche d’identité religieuse que de spiritualité, car c’est ce que traduit votre besoin de dénigrer l’islam. Je vous l’ai déjà dit, je ne trouve pas non plus que tout soit rose dans le Coran, mais essayer de faire croire qu’il ne contiendrait aucune beauté ni vérité ni spiritualité ne peut que desservir votre propos : si tel était le cas, personne ne le connaîtrait, personne ne se référerait à lui. C’est comme avec les sectes, que nous avions évoquées sur un un autre de vos billets : il y a toujours un élément de vérité, y compris chez Moon ou dans la scientologie. Un ou des éléments de vérité ne font pas ‘la’ Vérité, mais ce n’est pas en niant ce qui peut être vrai chez l’autre que vous pourrez l’aider à accéder à une vérité plus entière, et vous non plus d’ailleurs…

    Et puis, personnellement donc, je préfère commencer par balayer devant ma porte, c’est ce que je veux dire par recherche spirituelle. Je ne vois pas ce que le fait que les musulmans seraient plus ou moins dans l’erreur devrait changer à ce qui est ma priorité : vivre avec Jésus dans l’Esprit. Avant de prétendre expliquer aux autres en quoi ils se trompent, j’ai d’abord besoin d’être sûr de ne pas me tromper moi-même. Vous êtes, vous, semble-t-il, certain de vous. Mais quand je vous vois parler des évangiles comme récits historiques, je suis obligé d’en douter à votre place. À moins que vous puissiez m’expliquer comment ces historiens ont fait pour ne pas être d’accord sur la date de la mort de leur rabbi, un événement qui aurait pourtant dû les marquer, vous ne croyez pas ?

    Bien à vous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s