Altercation

Hier, une petite altercation m’a opposé à deux « personnes âgées ». Les faits se sont déroulés dans une forêt dans laquelle je me fais régulièrement agresser par des chiens en liberté, alors même qu’il y a partout des panneaux précisant qu’ils doivent être tenus en laisse. Cette fois-ci, je me suis fait charger par un chien de taille moyenne à l’air modérément sympathique. Comme toujours dans ces cas là, on ne sait pas à quoi s’en tenir et on est tout à fait vulnérable, puisque la balle préventive est, malheureusement, une solution à exclure. Après que leur chien ait eu dix fois le temps de me mordre, je suis arrivé à hauteur de ses maîtres. Il s’agissait d’un couple. Monsieur était dégarni avec une barbe poivre et sel. Il avait soixante-cinq ans environ. Madame n’était pas dégarnie, mais avait les cheveux blanc et sans doute le même âge. Je me suis arrêté à leur niveau et leur ai fait une remarque. Un court échange s’en est suivi.

Moi : Les chiens doivent être tenus en laisse. C’est marqué à l’entrée, je ne sais pas si vous avez vu.
Mémère (mécontente d’être prise en défaut) : Oui, on sait, on sait lire.
Moi : Bah non, visiblement vous ne savez pas lire.
Pépère : Et vous, vous manquez de politesse.
Moi : Ah bon ? Dans quelle mesure ?
Pépère (prenant son air moralisateur) : Parce qu’on ne parle pas comme ça à des personnes âgées.
Moi : Pourtant vous êtes la génération qui nous a appris l’irrespect.
Pépère (grommelle dans sa barbe).
Moi : Vous êtes soixante-huitard, c’est ça ? Eh bien, je suis votre héritier.
Pépère : Grâce à nous vous avez la liberté.
Moi : Oui et je l’utilise ma liberté, voyez vous.

A ce stade, comme nous avions continué à marcher chacun dans notre direction, nous étions trop éloignés pour poursuivre.

Comme je le disais l’autre jour : arrêtez de travailler. Arrêtez de financer une retraite à des gens tels que ces deux individus avec qui je me suis pris de bec. N’oubliez pas que pour seul héritage ils vous laissent le chaos. Ils vous ont tout pris, n’allez pas leur donner en plus votre temps et vos efforts quotidiens.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Altercation »

  1. Paul-Emic

    d’expérience je dis que les jeunes cons font de parfaits vieux cons. La connerie n’est pas une question de génération.

  2. jmespe

    bonsoir kolia !
    j’abonde votre dernier paragraphe avec une anecdote (personnelle)
    Au syndic de mon immeuble, nous ne sommes que 2 : la voisine et moi.
    Très sèche, je l’ai cru « de droite » pendant des années, nous nous entendions donc moyennement.
    Mais au fil des années, je me suis rendu compte de sa « politique » : DEPENSER.
    oh , elle y mets tous les jolis termes : je m’occupe de la copro (donc je suis utile) j’entretiens la maison, j’investis … bref elle a fait siennes toutes les phrases creuses que nous rabâchent les politicards.
    Jusqu’à cette réunion ou nous avons eu un petit compteur électrique à changer : devis : 1500e; 3 jours plus tard , elle me téléphone pour me demander « ce que j’attends pour signer le devis » je réponds : trop cher et je demande un autre devis.
    Ce dernier est à 1000e.
    Lors de l’AG, devinez : elle a tout fait pour faire passer son devis 500e plus cher.
    Il va sans dire qu’elle n’y connait rien en électricité et d’ailleurs elle s’en fiche éperdument : mes quelques questions techniques sont restées lettre morte.
    Elle m’a traité de « gagne petit » avec un moulinet de revers de main.
    Mieux: qu’a finit par voter la majorité des copros ?? (âgés ) : celui à 1500e
    Et l’argument de la « droitière » est toujours le même: c’est pas cher, c’est divisé en 25
    Bref la droitière joue à hollande (c’est pas cher , c’est l’état qui paye)

    Zemmour avait eu une très belle phrase : la génération prédatrice

    cordialement

  3. Kolia Karamazov Auteur de l’article

    Une triste génération. Je ne leur dénierais évidemment pas le statut d’être humain, en revanche je crois que l’on peut affirmer qu’ils n’ont pas eu une vie d’être humain.
    Je n’ai aucune volonté de vengeance à son encontre. En revanche lui infliger un châtiment pourrait servir de leçon pour les générations futures. Nous pourrions peut-être lui donner l’euthanasie qu’elle réclame tant ainsi que la fosse commune avec une plaque commémorative sur laquelle on lirait : voici ce qu’il advient des traitres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s